MULHOUSE VEUT S’AFFIRMER EN EUROPE

  • Twitter Cadremploi
  • Facebook Cadremploi
  • Linkedin Cadremploi
Actualités et conseils sur les carrières dans le Grand Est
Territoires
Publié le mercredi 11 avril 2018
Carre-mulhouse_m

L’agglomération regroupe 39 communes et 270 000 habitants. Troisième intercommunalité du Grand Est, après Strasbourg et Reims, elle s’appuie sur plusieurs secteurs, tels que les textiles intelligents et la logistique.

L’union fait la force, dit-on. Pour créer les conditions de son développement économique, Mulhouse voit plus grand : elle s’appuie sur sa communauté d’agglomération, Mulhouse Alsace Métropole (M2A), avec pour volonté affichée d’identifier son territoire à l’échelle internationale. Placée au cœur des marchés européens, facilement accessible depuis Paris, Lyon, Zürich, Bâle et Fribourg, la ville « élargie » s’appuie sur cinq pôles de compétitivité et plusieurs filières clés. Elle se targue, entre autres, d’une expertise mondiale dans le domaine des matériaux, du design et des textiles intelligents. Plusieurs entreprises leaders sont installées sur son territoire : Solvay, dont le site sera bientôt repris et développé par le groupe allemand BASF, Clemessy, qui a recruté 140 cadres l’an passé et souhaite attirer davantage de jeunes talents, Mäder, qui a installé une importante structure de R&D, etc. De nombreuses start-up complètent cet ensemble.

Interconnecté, le territoire se modernise

Autres secteurs porteurs : les transports et la logistique. 500 entreprises sont aujourd’hui concernées, pour plus de 5 000 emplois. M2A défend ainsi son image de territoire interconnecté, grâce notamment à ses ports rhénans : leur trafic annuel atteint presque les six millions de tonnes. L’EuroAirport Basel-Mulhouse-Freibourg, lui aussi, développe une importante activité de fret, la troisième en France, et recrute des profils cadres et ingénieurs. Quant à la gare de marchandises, elle est la première de tout l’est du pays ! Dans un tout autre domaine d’activité, les technologies vertes du bâtiment ont aussi le vent en poupe, ainsi que l’industrie mécanique – cette dernière représente encore plus de 15 000 emplois. Certains sites historiques connaissent aujourd’hui une seconde vie : à Mulhouse, celui de la Société alsacienne de construction mécanique doit accueillir à partir de septembre une Cité du numérique, baptisée KM0, sur une surface totale de 11 000 m2. Six millions d’euros ont d’ores et déjà été investis par les partenaires publics et privés de l’opération. Parmi les objectifs avancés : la création d’environ 2 500 emplois sur site. Enfin, Mulhouse et son agglomération constituent également une place forte dans le secteur des nouvelles formes de mobilité. Exemple : à elle seule, l’usine Peugeot assure plusieurs milliers d’emplois. D’ici à 2020, le constructeur souhaite en faire l’un des trois sites de production automobile les plus compétitifs d’Europe.

Des atouts historiques

« Les secteurs historiques qui recrutent régulièrement ? La chimie, l’industrie pharmaceutique et la construction de second œuvre. L’industrie automobile également, avec PSA à Mulhouse, et beaucoup d’équipementiers des premier et deuxième rangs ». Stéphane Glaser dirige le cabinet Global Mind Search, à Strasbourg, spécialisé dans le recrutement de dirigeants et cadres expérimentés. Il inscrit Mulhouse dans un axe commun avec Colmar et Belfort. D’après lui, la situation économique de cette zone s’est améliorée, « avec des carnets de commande bien remplis pour les 18-24 mois à venir », de quoi augurer de bonnes perspectives pour l’emploi. Autre élément intéressant à ses yeux : la proximité avec la Suisse et l’Allemagne, friandes d’ingénieurs ou de bons responsables technico-commerciaux.